Base de données sur les 
réalisatrices canadiennes
accueil recherche parcourir à propos contact English

Recherche rapide par nom de famille

The Owl Who Married a Goose: An Eskimo Legend

Réalisé par Caroline Leaf
Canada, 1974 (animation, 8 minutes, couleurs, inuktitut)
Autre titre : « Le mariage du hibou : une légende eskimo »
The Owl Who Married a Goose: An Eskimo
Legend
Photo © Office national du film du Canada

Description du film :
« Amusante fable inuit teintée d'humour et rendue par un film d'animation qui a su conserver toute sa couleur locale à la légende. Des Inuit ont prêté leurs voix pour les dialogues et les effets sonores. C'est l'histoire de ce pauvre hibou qui épouse une oie; elle lui donne une progéniture, mais quand vient le temps pour les oies d'écouter la nature qui les appelle à la migration, papa hibou ne peut suivre sa famille sans risques. »
-- Office national du film du Canada (source)

Générique (partiel) :
Produit par : Pierre Moretti
Animation : Caroline Leaf
Montage images : Pierre Lemelin
Société de production : National Film Board of Canada / Office national du film du Canada
(sources)

Prix décernés à The Owl Who Married a Goose: An Eskimo Legend

Citations sur The Owl Who Married a Goose: An Eskimo Legend

« Certains choix éblouissent : un jeu sur deux plans permet une simultanéité d'actions, l'abolition de tout repère annule la notion de bas/haut (le hibou surgit alors de tous côtés), une rotation de l'image décrit le chemin parcouru par le hibou autour du lac... »
-- Nicole Gingras (source)

« Les animaux ou les êtres humains crées par Caroline Leaf ne sont jamais peints avec l'anthropomorphisme et le sentimentalisme facile d'un Disney. Nous sommes émus par ce hibou gauche qui s'épuise à battre des ailes pour suivre le vol de sa femme, et par la tolérance de celle-ci envers un mari qu'elle doit, par sa façon de se tourner le dos, trouver laid et quelque peu lassant. »
-- Jacqueline Levitin (source)

« Caroline Leaf [...] avec Le mariage du hibou avait introduit en 1974 la technique du sable animé, qu'elle était allée transmettre par la suite à certains réalisateurs soviétiques, à l'école de cinéma de Moscou. Il est d'ailleurs amusant et paradoxal de constater que c'est à cette Américaine de souche (elle est née à Seattle) que l'on doit un renouvellement des démarches documentaristes de l'ONF appliquées aux traditions canadiennes, en l'occurrence celle de la culture inuite qui lui était étrangère. »
-- Pascal Vimenet (source)

Bibliographie sur The Owl Who Married a Goose: An Eskimo Legend

Articles de journaux ou de revues grand public

Sites Web sur The Owl Who Married a Goose: An Eskimo Legend


accueil recherche parcourir à propos contact English