Base de données sur les 
réalisatrices canadiennes
accueil recherche parcourir à propos contact English

Recherche rapide par nom de famille

La femme de l'hôtel

Réalisé par Léa Pool
Canada, 1984 (fiction, 89 minutes, couleurs, français)
Autres titres : « A Woman in Transit », « Die Frau im Hotel », « Kvinden på hotellet », « L'insulaire »

Description du film [en anglais] :
« Director Andréa becomes obsessed with a woman in the hotel where she is staying. Their relationship is charged with the unspoken potential of lesbian desire. »
-- Lucille Cairns (source)

Description du film :
« Alors qu'elle réalise un film, une cinéaste croise le chemin d'une femme qui pourrait avoir été le personnage dont elle raconte l'histoire. La cinéaste est fascinée par ce qui émane de cette femme et elle voudra dès lors ouvrir son film à cette nouvelle vision des choses qui lui est offerte, au hasard d'une rencontre. »
-- Festival des films du monde / World Film Festival (source)


Générique (partiel) :
Scénario : Léa Pool, Michel Langlois, Robert Gurik
Produit par : Bernadette Payeur, Marc Daigle
Interprètes principaux : Paule Baillargeon, Louise Marleau, Marthe Turgeon, Serge Dupire, Gilles Renaud, Geneviève Paris, Francine Ruel, Raymond Cloutier, Kim Yaroshevskaya
Images : Georges Dufaux
Montage images : Michel Arcand
Musique : Yves Laferrière
Société de production : Association coopérative de productions audio-visuelles
(sources)

Prix décernés à La femme de l'hôtel

Notes sur La femme de l'hôtel

(sources)

Citation de la réalisatrice

« Moi-même, je ne pensais pas que La femme de l'hôtel marcherait si bien. On m'avait conseillé de le diffuser dans les cinémas de répertoire : deux semaines à l'Outremont, deux semaines à L'Autre Cinéma. Moi j'ai dit : Donnons-nous une chance, essayons au moins de le lancer dans les salles commerciales. Et ça a bien fonctionné : sept semaines au Berri où il aurait bien pu tenir encore plus longtemps. »
-- Léa Pool (source)

Citations sur La femme de l'hôtel

« C'est en 1984 qu'avec La femme de l'hôtel, Léa Pool posait les jalons d'un cinéma à reconquérir. Rétrospectivement, La femme de l'hôtel apparaît bien comme le film du grand tournant que n'annonçait pas du tout ce qui l'avait précédé, des Plouffe, de Bonheur d'occasion et du reste. Et voilà que le mouvement s'emballe et qu'en un minimum d'années le cinéma reconquis conquiert un maximum de succès et de public, pour former ce nouveau paysage cinématographique qu'on s'étourdit encore à contempler. »
-- Michel Beauchamp (source)

« Estelle, dans La femme de l'hôtel, joue sa vie à quitte ou double. Cette dimension du personnage m'a séduite et bouleversée dès la lecture du synopsis. Mais je ne connaissais pas Léa Pool, qui ne me connaissait pas non plus. Et comme actrice de cinéma, je n'avais pas toujours eu la main heureuse -- sauf avec L'Arrache-coeur de Mireille Dansereau. Quand j'ai rencontré Léa, son intelligence, sa sensibilité, l'absence de rapports de force entre elle et les autres m'ont vite enseigné que choisir un ou une cinéaste, plutôt qu'un scénario, est souvent un meilleur calcul. Avec Estelle, je suis repartie à neuf au cinéma. »
-- Louise Marleau (source)

Citations sur La femme de l'hôtel [en anglais]

« La femme de l'hôtel is evocative, beautifully shot, and a subtle portrayal of the attraction of similar sensibilities. [Paule] Baillargeon is, as always, marvelously expressive and entirely believable as an intelligent director; [Louise] Marleau, as the depressed Estelle, is as opaque as Baillargeon is transparent. This contrast appears to be yet another sign of director [Léa] Pool's subtle but assured style. »
-- Carole Corbeil (source)

« La femme de l'hôtel clearly bears the mark of a highly personal vision, but in its subversion of traditional cinematic representation of women's reality it has made an important contribution to what Teresa de Lauretis has defined as the project of women's cinema: 'to effect another vision: to construct other objects and subjects of vision, and to formulate the conditions of representability of another social subject'. »
-- Mary Jean Green (source)

« In my mind, the film not only represents one of the more elegant and creatively innovative reworkings of cinematic language to have been produced in this country (and in Quebec), but -- and here lies its importance -- it speaks directly to women of women's psychic space and emotional experience. The film traces, with a great deal of sensitivity and love, the empathetic and emotionally-charged nature of women's relationships to each other and dares to construct an incredibly resonant portrait of a woman as an independent and willful producer, and not simply a bearer of meaning. »
-- Brenda Longfellow (source)

« The persistence of this theme of the masquerade in the film [La femme de l'hôtel], of woman as performer rent between an identity constructed by others, and a being which is lost and unnameable, inscribes a notion of feminine specificity as alienation, expropriation and schizophrenia. »
-- Brenda Longfellow (source)

Bibliographie sur La femme de l'hôtel

Chapitres de livres

Brèves parties de livres

Articles de revues scientifiques

Articles de journaux ou de revues grand public

Sites Web sur La femme de l'hôtel


accueil recherche parcourir à propos contact English