Base de données sur les 
réalisatrices canadiennes
accueil recherche parcourir à propos contact English

Recherche rapide par nom de famille

La cuisine rouge

Réalisé par Paule Baillargeon et Frédérique Collin
Canada, 1980 (fiction, 82 minutes, couleurs, français)

Description du film :
« La cuisine rouge se passe en une seule journée et commence à la fin d'un mariage dans un bar topless désaffecté où doit avoir lieu une réception qui n'aura jamais lieu. Tandis que les hommes attendent que les femmes (serveuse, mère, épouse ou prostituée) viennent les servir, les femmes font la grève et piquent des crises de nerfs dans la cuisine avant de se réfugier dans la cour ensoleillée où elles apprennent souvent douloureusement à se connaître et à s'aimer. »
-- Nathalie Petrowski (source)

Générique (partiel) :
Scénario : Paule Baillargeon, Frédérique Collin
Produit par : Claude Des Gagné, Renée Roy
Interprètes principaux : Michèle Mercure, Han Masson, Catherine Brunelle, Marie Ouellet, Monique Mercure, Valérie Déjoie, Claude Maher, Gilles Renaud, Guy Thauvette, Raymond Cloutier, Jean-Pierre Saulnier, Pierre Curzi, Bertrand Carrière, Claude Laroche, Ghyslain Tremblay
Images : Jean-Charles Tremblay
Montage images : Babalou Hamelin
Musique : Yves Laferrière
Société de production : Les Productions Anastasie Inc., Ballon Blanc Inc.
(sources)

Notes sur La cuisine rouge

(sources)

Citations de la réalisatrice

« Quand nous avons fait La cuisine rouge, il y avait une démarche artistique, une vision cinématographique. Mais ça, ça disparaît quand on dit 'féminisme'. Ça devient une affaire de guerre ou un projet social. C'est comme si je ne faisais pas de film et ça, je ne l'accepte pas. »
-- Paule Baillargeon (source)

« [Dans La cuisine rouge] il y a eu une réelle participation de la part des acteurs, des actrices, de la caméra, de tout le monde. »
-- Frédérique Collin (source)

« Quand j'ai lu le synopsis de Paule [Baillargeon], je me suis retrouvée et je lui ai dit : 'Je veux travailler avec toi. Je veux faire ça. J'aime ça.' Ceci dit, quand quelqu'un me dit que je suis 'cinéaste', j'ai l'impression qu'il y a malentendu! J'ai présentement l'impression, plus que jamais, d'être une actrice. »
-- Frédérique Collin (source)

Citations sur La cuisine rouge

« Malheureusement, les auteurs de La Cuisine rouge n'ont pas su investir leur métaphore d'une société perdue de suffisamment d'éléments et de situations signifiantes. L'ensemble manque de relief, se renouvelle mal et perd ainsi de son intêret. Il ne reste trop souvent que deux délires à plusieurs voix : celui des hommes d'un côté, celui des femmes de l'autre. »
-- Richard Gay (source)

« Proche du cinéma expérimental par la liberté avec laquelle le récit y est mené, La cuisine rouge constitue une expérience extrême, unique dans le cinéma féministe québécois. »
-- Marcel Jean (source)

« Comme telle la thèse féministe qui sous-tend toute cette entreprise ne me paraît ni très originale ni très révolutionnaire. Le thème de la femme comme maîtresse, servante ou putain, on l'a déjà suffisamment rabâché merci! De toute façon, le cinéma à thèse, qu'il soit politique, religieux ou féministe, on sait où il mène, c'est-à-dire pas très loin et à la rigueur à quelques règlements de comptes qui n'intéressent que les initiés, les convertis ou les fanatiques. »
-- Luc Perrault (source)

« L'histoire de ce mariage se passe en une seule journée de l'été et se concentre dans un bar où règne un désordre indescriptible, lieu 'poubelle' prélude à la confrontation de duex univers antagonistes : masculin et féminin. »
-- Denise Pérusse (source)

« Film-métaphore pour une société en péril, La cuisine rouge est une oeuvre formellement imparfaite et pourtant audacieuse qui témoigne de la vitalité de l'écriture féminine et féministe même si cette écriture est à l'occasion secondée par une présence masculine sensible et ouverte (Yves Laferrière pour la musique, Jean-Claude Tremblay pour les images. »
-- Nathalie Petrowski (source)

« Les femmes dans leur délire sont filmées en gros plan tandis que les hommes enterrés sous un amoncellement de bouteilles vides et de déchets, sont filmés de loin et tenus à l'écart par la caméra féministe qui refuse de filmer leur paysage intérieur. »
-- Nathalie Petrowski (source)

« Je crois [...] que les deux films de [Paule] Baillargeon [Anastasie oh ma chérie et La cuisine rouge] se réfugient dans une mythologie où les femmes sont créatives, sensuelles et sages et où les hommes sont des brutes insensibles. »
-- Carole Zucker (source)

Citations sur La cuisine rouge [en anglais]

« [La cuisine rouge] schematically but effectively maps out distinct male and female cinematic spaces. Its approach owes much to the Brechtian style of the Grand cirque ordinaire theatre troupe of which Baillargeon was a founding member. »
-- Bill Marshall (source)

« With La cuisine rouge, the intimate space of male-female relations is exposed to the tectonic shock of distance between men and women. But the space that separates the sexes is made apparent not only in the banality of daily ritual, but also in the construction of a dreamlike and fantasized female space. »
-- Chantal Nadeau (source)

Publications de la réalisatrice sur La cuisine rouge

Bibliographie sur La cuisine rouge

Chapitres de livres

Brèves parties de livres

Articles de revues scientifiques

Articles de journaux ou de revues grand public

Sites Web sur La cuisine rouge


accueil recherche parcourir à propos contact English