Base de données sur les 
réalisatrices canadiennes
accueil recherche parcourir à propos contact English

Recherche rapide par nom de famille

Sarah préfère la course

Réalisé par Chloé Robichaud
Canada, 2013 (fiction, 97 minutes, couleurs, français)
Autres titres : « Sara Prefere Correr », « Sarah Prefers to Run »

Description du film :
« Sarah est une jeune athlète de course de demi-fond. Sa vie bascule lorsqu'on lui offre une place dans le meilleur club d'athlétisme universitaire de la province à Montréal, loin de sa ville natale de Québec. Sarah ne bénéficie pas du soutien financier de sa mère pour se lancer dans l'aventure. Celle-ci s'inquiète surtout des conséquences d'un tel changement sur la santé et la vie de sa fille. Déterminée, Sarah quitte tout de même pour la ville, en compagnie de son ami Antoine. Les deux, naïfs, s'épouseront, question de toucher de meilleurs prêts et bourses du gouvernement. Le mariage ne sera pas ce qu'ils espéraient, du haut de leurs 20 ans... Elle ne veut faire de mal à personne par ses choix, mais malheureusement, Sarah préfère la course. »
-- Téléfilm Canada (source)

Générique (partiel) :
Scénario : Chloé Robichaud
Produit par : Fanny-Laure Malo
Interprètes principaux : Sophie Desmarais, Jean-Sébastien Courchesne, Geneviève Boivin-Roussy, Hélène Florent, Micheline Lanctôt, Ève Duranceau, Pierre-Luc Lafontaine
Images : Jessica Lee Gagné
Montage images : Michel Arcand
Société de production : La Boîte à Fanny
(sources)

Prix décerné à Sarah préfère la course

Notes sur Sarah préfère la course

(sources)

Citation de la réalisatrice [en anglais]

« I wanted to make the opposite of the classic sports movie. I was much more interested in the psychology of the athlete rather than the sport itself. [In Sarah préfère la course], I didn't want to show Sarah winning medals, accompanied by big dramatic music. I really wanted to show what she was living as an athlete and as a young woman. »
-- Chloé Robichaud (source)

Citations sur Sarah préfère la course

« Du topos sur le passage à l'âge adulte et l'identité sexuelle, Sarah préfère la course dégage une force motrice sourde emmenant le film vers un anti-portrait original. Le long métrage n'évacue jamais la psychologie, il fait juste sien le caractère taiseux et secret de l'héroïne qui distille au compte-gouttes tout ce qui émane de son univers mental et émotionnel, sa citadelle intérieure. Ce monde entendant, mais muet à tous, se révèle par petites touches, un regard appuyé, une gêne, une main posée sur une autre avec la maladresse des premières fois. »
-- Nicolas Bauche (source)

« Joli film qui s'inspire des aléas de la jeunesse, Sarah préfère la course ne parvient à transmettre la passion dévorante de son héroïne que partiellement. L'intrigue manque de tension dramatique, si bien que le spectateur n'adhère jamais totalement à l'univers proposé par Chloé Robichaud. Pas plus qu'il ne parvient à comprendre ce qui motive tant Sarah à courir. »
-- Stéphane Defoy (source)

« Si la préférence de Sarah [dans Sarah préfère la course], et de Chloé Robichaud, est portée sur la course, c'est qu'il s'agit de montrer des filles en mouvement, des filles qui avancent dans le monde extérieur et pour qui les lieux de la domesticité — l'appartement, la cuisine, le lit — sont toujours trop petits. »
-- Martine Delvaux (source)

« La quête de Sarah [dans Sarah préfère la course] se distingue par la netteté de son but. Sophie Desmarais atténue la sécheresse de cette figure monomaniaque par de brefs éclairs d'humour, en faisant passer sur le visage sans apprêt de Sarah un nuage de désir, de peur. »
-- Thomas Sotinel (source)

Citations sur Sarah préfère la course [en anglais]

« [Sarah préfère la course is] a remarkably muted piece of filmmaking. The odd thing is that I have the sense that's precisely the effect Robichaud wanted to have—to capture the feel of a seriously introverted character. But that lack of emotional spark is, I suspect, going to be a hurdle that many viewers will have trouble getting over. »
-- Brendan Kelly (source)

« Like many first films, Sarah Prefers to Run is a coming-of-age story, and also like many first films, it's told in the naturalistic style—location settings, conversations punctuated by long silences, an aversion to making the drama too dramatic—of a young storyteller. You feel Robichaud's mastery of the techniques, but as the story goes along, she seems unsure of how to resolve the conflicts. »
-- Jay Stone (source)

Bibliographie sur Sarah préfère la course

Articles de journaux, de revues grand public ou de sites d'information en ligne

Sites Web sur Sarah préfère la course


accueil recherche parcourir à propos contact English